Il n'est pas toujours évident de déterminer sur un iris de jardin la cause d'un problème
(climat, culture, carences, excès, maladies, prédateurs, ravageurs...) et y apporter la bonne solution: Un apparent mauvais état peut être causé ni par des prédateurs ni par des maladies, mais tout simplement par des conditions culturales et climatiques inappropriées ou défaillantes telles que l'arrosage, l'ensoleillement, les amendements, les engrais...


  • L'ARROSAGE

    * Malgré leur réputation justifiée "d'increvables" les iris de jardin ne refusent par un arrosage: Un repère, si vous n'êtes pas adepte de l'arrosage (pour diverses raisons; éloignée, manque...) lorsque les plantes voisines ou surtout les mauvaises herbes "piquent du nez" ou que les feuilles de vos iris se ramollissent il va vous falloir pratiquer un arrosage profond. Si le problème persiste après un gros arrosage il faut envisager d'autres raisons.
    * Beaucoup plus porteur de risques est l'excès d'eau, non pas à l'arrosage mais si la terre lourde de votre jardin retient l'eau en surface, entraînant un risque de pourriture de rhyzome et des racines, de jaunissement des feuilles, d'attaque de champignons ou de bactéries.... Une solution simple: Planter vos iris sur une petite butte mettant hors d'eau le rhyzome. Au pire, déplacer la touffe dans un endroit moins humide ou sur une butte. Consultez notre article sur la plantation des iris.

  • L'ENSOLEILLEMENT

    Les iris ont un besoin impératif d'au moins 5 à 6 heures de "vrai" soleil direct pour se développer et surtout fleurir. A moins ou un ensoleillement semi-ombragé, même si l'iris n'en meurt pas, met en péril la floraison. Ceci se manifeste par des plantes plus hautes par rapport à leur norme (un iris nain de 60cm au lieu de 35cm par exemple), de façon déséquilibrée...
    Des iris plantés plein sud le long d'un mur n'en souffrent pas. Il faut simplement surveiller plus régulièrement leurs besoins en eau.
    La seule solution est de déplacer les iris en meilleure situation.

  • LES APPORTS NUTRITIFS: ENGRAIS ET AMENDEMENTS

    * Les engrais minéraux sont des "coktails" de plusieurs éléments, principalement de l'azote (N), du phosphate (P), du potassiun (K) en dosages variables selon les plantes destinataires. Il est d'usage de parler de NPK accompagné de valeurs chiffrées.
    Pour l'iris, l'idéal est un engrais 6-8-10 c'est à dire que cet engrais contient 6% d'azote, 8% de phosphate et 10% de potassium. Si possible favoriser les engrais contenant du magnésium (Mg), du fer, du bore.. Ces élements bien que secondaires apportent leur petite pierre à l'édifice.
    * Les amendements minéraux sont des apports destinés à améliorer la qualité du sol (sable, vermiculite...). A utiliser avec précaution car ils peuvent déséquilibrer profondément et durablement la structure du sol.
    * Les amendements organiques sont des matières organiques (corne, sang séché...) apportées pour compenser la consommation en minéraux des végétaux. Ils ont une teneur en azote, en phosphore, en potasse inférieure à 3% de leur matière sèche, c'est à dire moins de 3g d'engrais pour 100g de matière sèche. Voir les dosages du fabricant (Quantité au M2 par exemple).
    Ils sont souvent considérés comme des engrais.
    * Les amendements mixtes (minéraux et organiques) tels que le fumier, le compost... .améliorent la structure du sol et apportent des éléments nutritifs (fumier, compost...).

  • EXCES ET CARENCES NUTRITIVES

    * En azote (N): L'azote sert à la multiplication des cellules et des chloroplastes stockant  la chlorophyle, à la production des sucres, à la constitution de réserves dans les graines... En bref: Au bon développement de la plante.
    Les iris de jardin sont très frugaux et pour la plupart du temps n'ont pas besoin d'un apport complémentaire azoté, l'azote qu'ils trouvent et puisent dans le sol leur est suffisant pour une pousse harmonieuse. Un manque se traduit par un jaunissement régulier des feuilles adultes. Symptome à rapprocher à celui du manque d'eau: Vérifier le manque d'eau avant de soupçonner l'autre.
    Le danger provient d'un excès caractèrisé principalement par un développement cellulaire anarchiqe: La plante croit trop rapidement et atteint des hauteurs anormalement élevées, ceci au détriment des cellules qui s'allongent en amincissant leurs membranes, les fibres deviennent cassantes, la minceur des membranes cellulaires ne protège plus la plante contre les attaques d'insectes, de champignos, des bactéries, des incidents climatiques, vents et pluies, qui cassent feuilles et tiges plus facilement. La production de fleurs et de graines est réduite voire inexistante....

    * En phosphore (P): Constituant de proteines, de l'ADN, de l'AEN et de lipides.... Principal intervenant dans la mise à fleur et à fruit. Migre en fin de saison vers les organes de réserve.
    L'assimilation du phosphore est maximale en pH neutre mais l'excès de sulfates ou de nitrates en réduisent l'assimilation. Son insuffisance se traduit par un ralentissement de croissance et par une diminution de la floraison et de la fructification. Se sont les jeunes feuilles qui sont prioritairement atteintes.
    Vous pouvez faire des apports organiques de phosphore sous forme de farine de poisson, de la poudre d'os... Vérifiez la teneur en azote.

    * En potassium (K) développe les organes de réserves (rhyzomes) qui serviront en fin de saison au stockage des éléments nutritfs devenus inutiles au développement de la partie aérienne (feuillage) de l'iris.
    Comme "la pomme quotidienne du Premier Ministre Anglais Wiston Churchill qui éloigne le docteur" le phosphore renforce la résistance de l'iris aux maladies, à la sécheresse et au froid.
    La carence se rencontre principalement en terrain sableux ou fréquemment lessivé par des arrosages. Outre la potasse naturelle on en trouve dans les cendres de bois, le patenkali (amendement riche en potassium et en magnésie) ...
    La magnésie et le phosphore facilitent son assimilation.

    * En magnesium ou magnésie (Mg) constituant de la chlorophylle, activateur d'enzymes, facilite l'assimilation du potassium... Sa carence ressemble à une chlorose.

    * En calcium (Ca) constituant des membranes des cellules qu'il rigidifie et en assure la résistance, favorise la maturation fructifère... Carence rare. L'apport en calcium se fait par chaulage, épandage de cendres...

    * Le potentiel hydrogène (pH) mesure, sur une échelle de 0 à 14, l'acidité, la neutralité ou l'alcalinité d'un sol. De 6,9 à 0 le sol est de + en + acide, à 7 le sol est neutre, de 7,1 à 14 le sol est de plus alcalin (calcaire).
    Le pH idéal pour l'iris et de 6,5 à 7,5. .

PREMIERES CONCLUSIONS:

 

Les problèmes liés aux situations et conditions évoquées çi dessus sont plutôt rares. Cependant, gardez les à l'esprit.
* Respecter les basiques: De la plantation, l'eau, l'ensoleillement...

* Entretenir régulièrement, desherbage, supression des feuilles malades ou désechées en fin d'hiver...
* Avec une tolérance idéale, oscillant entre 6,5 et 7,5 le pH du sol pose peu de problèmes à la culture de l'iris.
* Les besoins en nutriments de l'iris sont relativements faibles notamment en azote permettent de ne pas utiliser d'engrais les 4-5 premières années d'une touffe. Sauf en terrains drainants à très drainants pour lesquels il faut prévoir 1 à 2 apports annuels en amendements organiques ou en engrais à libération lente.

"Prédateurs et maladies des iris".  Il y a 3 sous-articles: 
                     * Vous êtes içi  "Fausses maladies des iris"
                         Maladies des iris
                         Prédateurs, ravageurs & auxilliaires des iris

Notre site est résponsive. Suivez nous sur vos mobiles